Accueil  >  Enseignement  >  JACOB Christian, CNRS-EHESS

JACOB Christian, CNRS-EHESS

Objectivation, fixation, transmission des savoirs

Séminaire de M1-M2
 
Le jeudi de 16h à 18h
Salle Mariette, INHA
2 rue Vivienne, 75002 Paris
 
À partir du 14 novembre 2013
 
Le séminaire poursuit l’enquête engagée depuis plusieurs années sur la construction sociale des savoirs, au carrefour de l’histoire et de l’anthropologie. Nous nous proposons de réfléchir, dans la perspective interdisciplinaire et comparatiste qui est la nôtre, aux dispositifs discursifs, graphiques, techniques et institutionnels qui permettent l’objectivation, l’archivage et la transmission des savoirs, sous la forme de textes, d’images, de bases de données ou de bibliothèques.

À partir de différents terrains d’enquête, nous étudierons les modalités de l’inscription des savoirs, étape où la construction et la fixation sont indissociables, les jeux énonciatifs comme les principes structurels et formels qui régissent les genres du traité, du manuel, de l’encyclopédie, du dictionnaire, de l’article scientifique. Nous interrogerons en particulier les dispositifs qui permettent l’assemblage et le traitement de données hétérogènes : tableaux, cartes, listes, schémas relèvent de ce que Jack Goody appelle la « raison graphique » et permettent l’encodage de mots, de chiffres, de mesures, d’informations, ainsi que des opérations intellectuelles qui les articulent. Nous nous attacherons à comprendre les procédures permettant de construire de la généralité, du global, de l’universalité à partir de l’accumulation et de la transformation de données partielles, empiriques et locales : les cartes géographiques, les histoires universelles, les classifications, les encyclopédies, les histoires naturelles, les atlas, certains textes théoriques. Nous examinerons également les étapes de transformation et de reformulation qui conduisent d’un énoncé subjectif, soumis à la critique, à un énoncé objectif, entrant dans le corpus des savoirs validés et se prêtant dès lors à des formes de réécriture et de transmission particulières.

Nous interrogerons enfin la notion de bibliothèque, comme lieu de mise en espace et d’organisation des savoirs d’une société et des traditions qui déploient leur généalogie : des livres-bibliothèques qui veulent réunir tout le savoir existant aux architectures de mémoire et de savoir, aux effets intellectuels et symboliques particuliers.

Le séminaire prendra appui sur différents lieux et moments de l’histoire des savoirs, Alexandrie au IIIe siècle avant J.-C., Rome au IIe siècle après J.-C, avec notamment le médecin Galien et la bibliothèque fragmentée d’Athénée, mais aussi la polymathie de la Renaissance et l’encyclopédisme du siècle des Lumières, les registres de l’écriture savante dans les « sciences dures » et les sciences sociales contemporaines.

Ce parcours historique et exploratoire apportera un éclairage et des questionnements sur les mutations conceptuelles, techniques, économiques et sociales qui reconfigurent aujourd’hui les modes d’objectivation, de validation, de fixation et de circulation des savoirs : la fluidité des textes, la polyphonie des instances auctoriales, la mouvance des limites entre écriture et lecture, les nouvelles formes de construction et de communication des savoirs sont autant d’enjeux décisifs, urgents à penser dans le paysage émergent des humanités numériques.
 
• 1ère partie : Anthropologie des pratiques, anthropologie de la transmission. Lectures et relectures (Nov. 2013-Janv. 2014)
• 7 Novembre 2013 : “Introduction. Les savoirs, entre anthropologie et histoire”
• 14 Novembre 2013 : Retour sur Les Mains de l’intellect (1). À propos de Göran Lundborg, The Hand and the Brain. From Lucy’s Thumb to the Thought-Controlled Robotic Hand, Springer, 2013.
• 21 Novembre 2013 : Retour sur Les Mains de l’intellect (2). À propos de Richard Sennett, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel, 2010.
• 28 Novembre 2013 : Raisons orales, raisons graphiques (1). À propos de Jack Goody, The Power of the Written Tradition, Smithsonian Institution Press, 2000.
• 5 Décembre 2013. Raisons orales, raisons graphiques (2). À propos de Walter J. Ong., Orality and Literacy, Routledge, 1982.
• 7 Décembre 2013. 9h30-18h. Journée d’atelier étudiants en master et doctorants (salle à confirmer)
• 12 Décembre 2013. PAS DE SEMINAIRE
• 19 Décembre 2013. Raisons orales, raisons graphiques (3). À propos de Ruth Finnegan, Oral Literature in Africa, Open Books Publishers, 1982.
• 9 Janvier 2014. Écriture, savoirs, mémoire. Lire le Phèdre de Platon avec Jacques Derrida (et Luc Brisson) : Platon, Phèdre, Garnier Flammarion, 2006.
• 16 Janvier 2014. Réflexions sur l’écriture des dialogues de Platon
• 23 Janvier 2014. « Aristote le lecteur ». Lecture, écriture et transmission des « opinions » des Présocratiques dans l’École aristotélicienne.
• 30 Janvier 2014. « Symphonies » / « diaphonies » : consensus et contradictions des sources dans les savoirs érudits du monde gréco-romain.

Mentions légales  | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo PSL Logo Paris I Logo Paris VII