Accueil  >  Publications  >  Publications récentes  >  Fossa regia : une frontière culturelle ?

Fossa regia : une frontière culturelle ?

Contribution à la géographie historique
Fossa regia : une frontière culturelle ?
Hanen Abda
Sarrebruck, 2013

Dans l’Antiquité, la Fossa Regia, tracé par Scipion Emilien en 146 av. J. –C., a continué à servir, à l’époque impériale, de limite interne à l’Afrique proconsulaire, entre le diocèse de Carthage correspondant à l’ancien territoire punique et le diocèse d’Hippone correspondant à l’ancien territoire numide. À l’époque de Vespasien, en 74 ap. J. –C., cette limite a fait l’objet d’une opération de rebornage et on dispose aujourd’hui d’une série de bornes épigraphes qui documentent le tronçon central de la Fossa Regia entre la Medjerda (au niveau de Tichilla / Testour), du côté nord et oued el Haddada qui coule à deux kilomètres au sud d’Abthugnos / Henchir es-Souar, du côté sud. Sur le plan de la géographie historique, on dispose d’un dossier complet sur la Fossa Regia en tant qu’une frontière administrative : d’une part, une mise au point sur le tracé de cette frontière traditionnelle ; d’autre part un corpus des bornes avec des notices complètes et des cartes relativement précises. Cependant, l’objectif de notre enquête est d’essayer d’évaluer l’impact de la Fossa Regia sur la romanisation de la région étudiée c’est-à-dire les deux secteurs frontaliers du tronçon central.

Mentions légales  | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo PSL Logo Paris I Logo Paris VII