Accueil  >  Recherche  >  Droit, institutions, sociétés  >  Droit grec et hellénistique  >  Le droit grec et hellénistique

Le droit grec et hellénistique

Approches historique et anthropologique

> Participants

Responsables

Paulin Ismard (Paris 1) et Bernard Legras (Paris 1)

Membres

Jean-Noël Allard ; Jean-Marie Bertrand (Paris 1) ; Cléo Carastro (EHESS) ; Jacqueline Christien (Paris Ouest) ; Jean-Christophe Couvenhes (Paris IV) ; Aurélie Damet (Paris 1) ; Madalina Dana-Firicel (Paris 1) ; Idaline Hamelin (Doctorante Paris 1-Labex Hastec) ; Paulin Ismard (Paris 1) ; Bernard Legras (Paris 1) ; Chris Rodriguez (Doctorant-Paris 1 et Paris 2) ; Lucia Rossi (post-doctorante) ; Evelyne Scheid (Paris 13) ; Christian Schwentzel (U. de Lorraine) ; Matthieu Vallet (Post-doctorant Paris 1) ; Anne-Emmanuelle Veïsse (Paris 1) ; Stéphanie Wackenier (Paris 1).

> Présentation

Ce programme a pour ambition de renouer avec une tradition intellectuelle dont les figures éponymes des deux centres de recherche à l’origine d’ANHIMA, Louis Gernet et Gustave Glotz, sont les plus illustres représentants. Constatant que le droit grec constitue un des champs d’étude les plus vivants des sciences de l’Antiquité depuis plus d’une trentaine d’années, il s’agit de fédérer les forces des chercheurs de l’équipe qui partagent un intérêt scientifique pour cette discipline afin d’en faire un programme autonome de recherche. Nous considérons de surcroît que seule une approche interdisciplinaire, ouverte à l’anthropologie comme à l’étude des pratiques sociales, est susceptible de rendre pleinement justice au droit grec.
L’activité du programme a été riche en rencontres collectives et en publications, aussi bien de la part des membres statutaires du programme que de la part des doctorants, qui ont été étroitement associés à ses activités. Nous avons organisé cinq journées d’étude et colloques, tout en assurant pendant un an un séminaire régulier consacré aux travaux récents portant sur le droit grec et hellénistique.

> Projets réalisés

 
De 2012 à 2017, le travail du groupe a essentiellement emprunté trois formes :
 
1. L’organisation régulière de plusieurs journées d’études et de colloques :

➢ les 6 et 7 avril 2012, sous la direction de J. Christien et B. Legras, s’est tenu le colloque « Sparte à l’époque hellénistique », dont les Actes ont été publié (Sparte hellénistique (IVe-IIIe siècle avant notre ère), B. Legras et J. Christien éds., Besançon, Dialogues d’histoire ancienne, Supplément 11, 2014, 319 p.).

➢ C. Rodriguez (doctorant) a organisé le 13 novembre 2013, à l’INHA, avec E. Nantet, le colloque « Juifs et pouvoirs dans l’Antiquité » (à paraître).

➢ le 23 novembre 2013, J.-C. Couvenhes a organisé une journée d’études intitulée : « La symmachia comme pratique du droit international dans le monde grec ». Les Actes de cette dernière ont donné lieu à une publication : J-C. Couvenhes éd., La symmachia comme pratique du droit international dans le monde grec, DHA, Suppl. 16, 2016.

➢ les 18-20 juin 2015, à l’initiative de A.-E. Veisse et P. Ismard, s’est tenu le colloque « Proclamation et preuve d’identité dans le monde grec », à l’organisation duquel ont été associés deux doctorants travaillant dans le cadre du programme M. Vallet et R. Guicharousse (actes à paraître).

➢ les 17 et 18 juin 2016, A. Damet et S. Armani ont organisé un colloque intitulé « Les politiques familiales dans l’Antiquité » (actes à paraître dans les Cahiers Mondes Anciens).

➢ du 13 au 16 septembre 2017, B. Leggras a organisé, en collaboration avec L. Korma (École Française d’Athènes), M. Patera (Hellenic Open University & Open University of Cyprus), B. Pérez-Jean (U. Paul-Valéry de Montpellier), Stavros Perentidis (U. Panteion), J. Wallebsten (Institut Suédois d’Athènes), le colloque international : « Saisir et gérer la peur. La notion de la peur en Grèce de l’Antiquité à nos jours : ruptures et continuités ».
 
2. Durant une année, l’activité du groupe a par ailleurs consisté en la tenue régulière d’un séminaire de travail au cours duquel plusieurs collègues sont intervenus pour présenter leurs travaux (29 janvier 2014, Alberto Maffi : « Vers un Atlas du droit grec » ; 26 février 2014, Alain Guéry : « Problèmes et efficacité de la notion de prédroit en anthropologie, en droit et en histoire » ; 26 mars 2014, Andrea Taddei : « De la sociologie à l’anthropologie juridique. Les études de Louis Gernet sur le droit grec » ; 28 mai 2014, Yann Rivière : « Le iustitium dans la Rome antique : de la défense de la République au deuil du prince »).
 
3. Précisons enfin qu’une partie non négligeable du travail du groupe a consisté à travailler autour de la publication de deux colloques importants qui s’étaient tenus à la fin du quadriennal précédent :

– B. Legras (éd.), Transferts culturels et droits dans le monde grec et hellénistique, Reims, 14-17 mai 2008, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 510 p.

– B. Legras et G. Thür (éd.), Symposion 2011. Études d’histoire du droit grec et hellénistique/Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte (Paris, 7-10 septembre 2011), Vienne, Verlag der Österreischischen Akademie der Wissenschaften, Akten der Gesellschaft für griechische und hellenistische Rechtsgeschichte 23, 2012 [2013], 434 p.

Mentions légales  | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo PSL Logo Paris I Logo Paris VII