Accueil  >  Recherche  >  Corpus et constitution des savoirs  >  Savoirs d’État dans la République romaine

Savoirs d’État dans la République romaine

> Participants

Responsables

Sylvie Pittia (Paris 1)
Clara Berrendonner (Paris 1)
Julien Dubouloz (Aix-Marseille)

Membres d’ANHIMA

Maria Bats (Paris 1), Jean-Louis Ferrary (AIBL), Jean-Pierre Guilhembet (Paris 7), Jean-Claude Lacam (Paris 1), Raphaëlle Laignoux (Paris 1), Philippe Moreau (Paris 12)

Collaborateurs

Philippe Akar, Maria Luisa Bonsangue (Amiens), Pierre Cosme (Rouen), Mathieu Engerbeaud (Poitiers), Eva Hagen, Cyrielle Landrea, Xavier Lapray, Dario Mantovani (Pavie), Alexis Mèszàros (Paris 1), Jonathan Prag (Merton College, Oxford), Ghislaine Stouder (Poitiers)

> Présentation

Le programme fédère des enseignants-chercheurs spécialistes de la Rome républicaine autour du thème de la constitution des savoirs et des techniques administratives qui forment une culture d’empire – empire à entendre ici au sens de l’imperium Romanum, d’ensemble d’hommes et de territoires. Il s’agit d’étudier comment cette culture s’élabore, à partir de Rome, d’abord en Italie puis plus largement en Méditerranée, non sans « effets de retour » depuis les territoires sous domination vers le centre du pouvoir. En résumé, il s’agira d’étudier la constitution et la stratification progressives d’un corpus de connaissances et de compétences nécessaires à la gestion de l’Italie puis des provinces, le rythme et les modalités de la sophistication de cette culture, les heurts et les échecs de sa généralisation, les emprunts effectués par la Rome républicaine – en particulier dans le monde hellénistique – comme le modèle qu’elle a pu à son tour constituer.
Le programme se décline en trois opérations qui seront conduites parallèlement durant le contrat quinquennal 2014-2018 :

• Opération 1 "Naissance de l’administration provinciale (Cicéron, Verrines 2.2)"
Coordonnée par Julien Dubouloz et Sylvie Pittia. Y travaillent en outre Clara Berrendonner, Jean-Louis Ferrary, Philippe Moreau et Jonathan Prag. L’équipe prépare pour la série latine de la CUF une édition, traduction et commentaire historique du De praetura Siciliensi (Verr. 2.2), discours portant sur les abus de Verrès dans l’exercice de sa juridiction, mais aussi sur ses interventions dans l’organisation politique des cités de Sicile. De façon à compléter le commentaire historique du plaidoyer, l’équipe organise périodiquement des journées d’études consacrées aux principales thématiques du De praetura Siciliensi.

• Opération 2 "La fabrique d’une culture juridique et fiscale à Rome et dans son empire (IIe -Ier s. av. J.-C.)"
Pilotée par Clara Berrendonner, Julien Dubouloz et Raphaëlle Laignoux. Y collaborent Maria Luisa Bonsangue, Jean-Louis Ferrary, Philippe Moreau, Sylvie Pittia et Jonathan Prag. Les travaux portent sur la formation et la diffusion des savoirs d’État – en particulier juridiques et fiscaux – qui accompagnent la constitution d’un empire territorial aux IIe-Ier s. av. J.-C. Il s’agit d’établir dans quelle mesure le personnel nommé par l’autorité romaine pour un an (le gouverneur, ses légats et sa cohorte) prend appui sur l’expérience de terrain des Romains établis à demeure dans les provinces (représentants des sociétés de publicains, propriétaires fonciers, negotiatores). Cette première étape ouvre sur la question de la fabrique du droit, envisagée notamment à travers les contentieux fiscaux impliquant des publicains et portés devant les gouverneurs romains, et à travers les dispositions concernant les publicains dans l’édit du préteur. Plus largement, si la juridiction des gouverneurs et les relations avec les communautés pérégrines se trouvent au centre des travaux récents, il convient désormais de voir dans quelle mesure la réglementation romaine a eu pour objectif de donner une tutelle juridique aux intérêts des Romains dans les provinces. L’enquête portera sur le Ier s. av. J.-C., depuis le gouvernement de Q. Mucius Scaevola en Asie jusqu’à la période triumvirale. Les résultats de l’enquête seront diffusés par le biais de journées d’études organisées au laboratoire ANHIMA et de publications de dossiers d’articles dans des revues.

• Opération 3 "Penser, construire, écrire l’unité de l’Italie républicaine"
Coordonnée par Maria Bats, Jean-Claude Lacam et Sylvie Pittia. Y collaborent Philippe Akar, Pierre Cosme, Mathieu Engerbeaud, Jean-Pierre Guilhembet, Cyrielle Landrea, Raphaelle Laignoux, Xavier Lapray, Ghislaine Stouder. Il s’agit ici d’étudier l’identité et l’unité de l’Italie depuis le Ve s. av. J.-C. jusqu’à la mise en place des régions augustéennes, sans négliger les contextes régionaux. L’historiographie moderne a privilégié le romano-centrisme et la notion de romanisation : on cherchera à reconsidérer les résistances, les échecs de l’entreprise hégémonique romaine, mais aussi la mémoire des populations conquises et les nostalgies qu’elles purent exprimer. Le passage de la cité-État à l’État d’échelle péninsulaire sera appréhendé dans ses dimensions administratives, politiques, religieuses, militaires, sociales, linguistiques. L’enquête combinera une approche centrée sur les sources et l’historiographie antiques, et une autre sur le temps long, qui fera droit à l’historiographie moderne et à la réception de l’Antiquité. Sur le plan pratique, les travaux de l’équipe s’organiseront en ateliers qui aboutiront à la publication d’un recueil d’articles.

> Projets en cours et futurs

En 2014, le programme organise trois manifestations Galerie Colbert :
‑ le 29 avril 2014, dans le cadre de l’opération 1, une conférence de Jean-Claude Lacam, « Les Tables Eugubines : un lieu de mémoire ? », suivi d’un débat animé par D. Briquel (Paris 4-Sorbonne, EPHE) → voir le programme
‑ le 27 septembre 2014, dans le cadre de l’opération 2, une journée d’études intitulée « Agents du recouvrement fiscal et constitution d’une culture administrative romaine au Ier siècle av. J.-C. et au Haut-Empire »
Interventions de G. D. Merola (Naples) et B. Le Teuff, avec pour discutants J. France (Bordeaux-Montaigne) et J.-L. Ferrary → voir le programme
‑ le 18 octobre 2014, dans le cadre de l’opération 3, un atelier avec M. Engerbeaud et E. Hagen (Histoire du Latium, titre à préciser), et pour discutant X. Lafon, intitulé « Historiographie et représentation des échecs militaires en Italie : l’ambivalence ennemi/allié »voir le programme

> Projets réalisés

Les travaux de l’opération 1 ont donné lieu ces dernières années à des ateliers dont les résultats ont été publiés dans les Cahiers du Centre Gustave Glotz :
‑ Atelier “Juridiction locale, juridiction romaine en Sicile et dans les provinces de l’empire romain”, ANHIMA, Paris (décembre 2010) ; communications parues dans les Cahiers du Centre G. Glotz, 21, 2010, p. 155-204, avec une introduction de J. Dubouloz et S. Pittia ; compte rendu de Cl. Berrendonner dans le Bollettino di studi latini, 41-1, 2011, p. 293-296.
‑ Atelier “La pragmatique judiciaire dans les Verrines de Cicéron”, ANHIMA, Paris (novembre 2011) ; communications parues dans les Cahiers du Centre G. Glotz, 23, 2012, p. 223-266, avec une introduction de J. Dubouloz et S. Pittia ; compte rendu de Cl. Berrendonner dans le Bollettino di studi latini, 42-1, 2012, p. 275-279.
‑ Atelier “Formulae iudiciorum. Le procès civil romain, son déroulement et ses formules” (novembre 2012) ; compte rendu de J. Dubouloz dans le Bollettino di studi latini, 43-1, 2013, p. 297-300.
‑ Atelier “Institutions et vie municipale dans la Sicile hellénistique et romaine (avant Auguste)” (novembre 2013) ; compte rendu de M. Engerbeaud dans le Bollettino di studi latini, 44-1, 2014, p. 149-152 ; communications à paraître dans les Cahiers du Centre G. Glotz, 2014.

Les actes du colloque organisé en novembre 2012 au laboratoire ANHIMA, L’imperium Romanum en perspective, sont sous presse aux Presses universitaires de Franche-Comté (parution automne 2014, ISBN 978-2-84867-432-2, collection de l’ISTA). Le volume, oublié sous la direction de J. Dubouloz, S. Pittia et G. Sabatini (Roma 3) reflète les travaux du programme sur “les savoirs d’empire”, qui avait reçu le soutien du Labex Hastec.

À signaler également les ateliers internationaux sur “La Diplomatie romaine”, réflexions sur une pratique, organisés par Jean-Louis Ferrary (EPHE), Sylvie Pittia (Paris 1) et Pierre Sánchez (Université de Genève), avec le soutien du Labex Hastec :
‑ 21-22 juin 2013, Paris.
‑ 31 octobre-1er novembre 2013, Genève, Fondation Hardt.
Les deux ateliers avaient pour but de combler un vide de l’historiographie moderne, portée surtout vers les relations internationales ou l’histoire institutionnelle au sens étroit. Le champ d’étude est vaste et les journées proposent, dans un premier temps, d’établir les fondements méthodologiques d’une enquête sur la diplomatie romaine et ses pratiques, notamment en tissant des comparaisons avec l’historiographie d’autres périodes (de la Grèce classique au Moyen Âge occidental).
L’organisation de ces journées combinait quatre axes : l’acte diplomatique ; la diplomatie officieuse ; l’agent diplomatique ; le protocole diplomatique.
Les actes sont sous presse aux PUFC, parution automne 2014 (ISBN 978-2-84867-501-5), édités par B. Grass et G. Stouder.
Un nouvel atelier est prévu les 8-9 juin 2015, en coopération avec Enrique García Riaza (Universidad de las Islas Baleares) et Elena Torregaray Pagola (Universidad del País Vasco). Les rencontres auront lieu à l’université de Palma.

. Mentions légales   | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo Paris I Logo Paris VII