Accueil  >  Enseignement  >  Séminaires 2016-2017  >  CHATZIVASILIOU Despina, EPHE

CHATZIVASILIOU Despina, EPHE

Divinités de la structuration du territoire à Athènes

Dans le cadre de la chaire de François de Polignac "Religions et institutions en Grèce ancienne"
 
"Divinités de la structuration du territoire à Athènes (suite) : Athéna"
 
Le mardi de 9h à 11h aux dates précisées ci-dessous
Salle Peiresc, INHA
 
25 octobre 2016 : La conquête d’Athènes : récits mythiques
8 novembre : Athéna sur l’Acropole I : description de la colline.
15 novembre : Athéna sur l’Acropole II : Athéna Polias, Pallas, Promachos, Niké, Hygeia.
29 novembre : Pélasgikon
6 décembre : Autres lieux en l’honneur d’Athéna : Palladion, Aréopage, Athéna Erganè
13 décembre : Athéna en Attique : Hérakleion (Marathon), Sounion, Pallène
 
Les années précédentes nous avons revisité Athènes par l’étude de Déméter, Artémis et Dionysos, leurs sanctuaires, les mythes et les rites qui leur sont associés. Nous avons alors essayé de comprendre comment certains lieux et monuments en l’honneur de ces divinités deviennent des repères de circulation, des confins, des symboles d’appartenance et assurent l’unité symbolique profonde pour tout le territoire de l’Attique, d’Éleusis à Brauron, rappelant les étapes de l’intégration de ses parties et les pouvoirs qui y furent exercés. Nous proposons de compléter notre approche avec l’étude d’Athéna, la divinité poliade de la cité, et discerner ses multiples fonctions sur l’Acropole ainsi que sur différents lieux de la ville en tant que Polias, Nikè, Promachos, Erganè, Pallas, Phratria, Areia, Hygieia et Parthénos. La présence des différentes facettes d’Athéna est attestée non seulement par les sanctuaires en son honneur, mais aussi par les offrandes surtout en céramique et en sculpture. Par exemple, les différentes techniques spéciales sont présentes d’une façon significative parmi les vases conservés de l’Acropole. Nous choisissons quelques exemples représentatifs pour souligner l’importance de la visibilité des offrandes et leur rôle novateur dans l’évolution des styles et des techniques ainsi que dans le culte et les rites pratiqués sur l’Acropole. Plus de cent korai sont dédiées sur l’Acropole avant 480, dont ne subsistent parfois que des débris et dont seulement une vingtaine sont conservées en bon état. Nous ferons aussi observer que, sur l’Acropole, les objets qui relèvent manifestement de capacités techniques remarquables sont appréciés et considérés, non seulement selon un critère économique, mais aussi parce qu’ils ont, précisément à cause de cette caractéristique, une importance religieuse et culturelle. L’Acropole est le lieu adéquat pour promouvoir ces nouvelles formes, tendances et techniques, celui même où sont exposées les pièces considérées comme des agalmata. Dans cette optique, on pourrait associer ces trouvailles à un culte précis d’Athéna, celui d’Athéna Erganè, et l’on pourrait même y voir un indice chronologique intéressant pour décrire et dater l’apparition et le développement du culte à l’époque archaïque. Nous examinons aussi le culte d’Athéna en tant que Promachos, connu par sa statue qui fut probablement érigée sur le coté ouest de la colline de l’Acropole au troisième quart du VIe s. en même temps ou peu avant la première phase de la construction de l’entrée monumentale et de la rampe de l’accès ouest. De la même manière nous étudions les autres cultes d’Athéna dans la ville : Areia sur l’Aréopage, Pallas liée à l’histoire de son statue ramenée de Troie, Phratria à côté de Zeus, et les comparerons entre eux.
 
L’Acropole d’Athènes, lieu de conservation de mémoire, ne doit pas son caractère sacré seulement aux cultes. Elle sert aussi comme archive de mémoire, avec ses références aux ancêtres mythiques et à l’autochtonie revendiquée des Athéniens. Les traces de l’époque mycénienne sont restées visibles aux époques qui se sont succédé. La fondation d’Athéna Nikè est aussi liée à la victoire des athlètes aux Concours Panathénaïques, mais elle rappelle, en outre, la victoire publique d’Athènes contre Mégare. Plus tard, des aménagements ont eu lieu pour fêter la bataille de Marathon, à l’entrée de l’Acropole, et au Vorparthenon. Plusieurs parties de la structure du Vieux Temple d’Athéna Polias ont été incorporées dans la fortification thémistocléenne. Et il ne faut pas oublier toute une série d’offrandes inscrites, des sculptures ou autres, des anathémata, avec les noms des artisans et des donateurs, offertes en aparchè ou en dékatè.
 
Les monuments conservent la mnémé des événements grâce auxquels la cité et son espace sont structurés dans un système cultuel cohérent et dynamique. Dans cette optique on touche à des problèmes insolubles de la topographie d’Athènes, comme le Pelargikon.

Mentions légales  | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo PSL Logo Paris I Logo Paris VII