Accueil  >  Recherche  >  Corpus et constitution des savoirs  >  LGPN-Ling (Projet ANR 2018-2021)  >  LGPN-Ling (Projet ANR 2018-2022)

LGPN-Ling (Projet ANR 2018-2022)

Analyse linguistique des noms de personnes grecs antiques : dictionnaire électronique et imprimé

> Participants

Responsables

S. Minon (EPHE-PSL Research University Paris, IUF), R. Parker (Oxford University, LGPN), M. Egetmeyer (Paris-Sorbonne, Orient et Méditerranée) et Cl. Le Feuvre (Paris-Sorbonne, Editta)

Membres ANHIMA

D. Dana (CNRS), L. Dubois, G. Genevrois et S. Minon (EPHE-PSL Research University Paris)

Participants extérieurs

A. Alonso Déniz (CNRS, Hisoma), J.-S. Balzat (LGPN-Oxford), R. Catling (LGPN-Oxford), J.-C. Chuat (EPHE), M. Garré (EPHE), V. Gomis (UAM, Madrid), E. Nieto Izquierdo (UAM, Madrid), N. Rousseau (Paris-Sorbonne, Orient et Méditerranée), M. Zellmann-Rohrer (LGPN-Oxford)

> Présentation

Dictionnaire numérique et imprimé collaboratif, LGPN-Ling a pour objectif de doter le Lexicon of Greek Personal Names (7 volumes) d’Oxford de sa contre-partie linguistique. ll s’agit de procurer l’enrichissement étymologique et sémantique qui manque à la Database Search (cf. http://www.lgpn.ox.ac.uk/online/index.html), c’est-à-dire d’offrir l’élucidation du sens des anthroponymes grecs, à partir des différentes sources dont nous disposons : littérature, grammairiens, sources épigraphiques, papyrologiques et numismatiques.
Pour chaque nom analysé, donné d’abord translittéré puis sous sa forme grecque, sont fournies, de gauche à droite, les informations suivantes : nombre d’occurrences, genre, dialecte(s) ou langues (noms bilingues), période d’attestation, éventuel préfixe, radicaux, suffixes, fonction grammaticale et syntaxique (noms composés y compris abrégés), sens des préfixe et base(s), rapport au lexique (dénotation) et interprétation onomastique (connotations culturelles), avec la bibliographie.
Il arrive qu’un même nom donne lieu à plusieurs analyses, soit qu’il ait été ambi- voire tri-valent, aux yeux des anciens eux-mêmes, soit que l’état actuel des sources et de nos connaissances ne nous permette pas de trancher entre différentes hypothèses.
 
Les utilisateurs de la base pourront accéder aux informations par recherche simple (dialecte ou structure bilingue ; radical ; suffixe ; sens ; lexème ou autre type de nom propre associé) ou complexe (combinaison de plusieurs éléments du même type, comme les suffixes -ιδ-+-ιος, ou de types différents, comme radical+dialecte, radical+suffixe ou radical+fonction grammaticale).
Des pages de présentation (http://admin.exist-db.org:41233/exist/apps/lgpn-ling/about.html?lang=fr) illustrent à l’aide d’exemples le contenu et l’esprit des différents champs.
Développement et maintenance de la base sont assurés par la société Exist-Solutions (sous la responsabilité de Magdalena Turska) et l’hébergement est prévu à la TGIR Huma-Num.

> Publications

Un premier volume sur la Suffixation des anthroponymes grecs antiques édité par A. Alonso Déniz, L. Dubois, Cl. Le Feuvre et S. Minon est à paraître en décembre 2017 dans la collection des Hautes Etudes du monde gréco-romain, chez Droz (792 p.).
Un dictionnaire imprimé, destiné à remplacer l’ouvrage dépassé de Friedrich Bechtel (Die Historischen Personennamen des griechischen bis zur Kaiserzeit, 1917), sera à terme extrait de la base de données.

> Projets

Des conférences de présentation du projet ont commencé à être données (Lyon, Lausanne), d’autres sont prévues pour 2017-2018 (Londres, Oxford, Paris...) et des conférenciers seront invités dans le cadre du séminaire de "Dialectologie grecque" de l’EPHE, en Sorbonne, pour traiter d’onomastique anthroponymique en grec et dans d’autres langues antiques.
Des séances de travail collectives auront lieu à l’occasion de séminaires dédiés à l’analyse linguistique et à l’étude sémantique des noms de personne grecs antiques, certaines consacrées aux noms interlinguistiques ou hybrides comme il s’en rencontre en nombre dans les zones de contacts, en particulier aux marges du monde grec (Mer Noire, Thrace Asie Mineure, Chypre, Syrie, Égypte, Cyrénaïque, Sicile, Illyrie, Grande Grèce, Italie et autres colonies de l’Occident).
Des échanges temporaires de chercheurs entre notre laboratoire ANHIMA, Orient et Méditerranée et celui du LGPN d’Oxford sont envisagés.

> Perspectives

L’achèvement de la conception de la structure de la base, en particulier de ses procédures d’interrogation, et l’analyse linguistique et sémantique des noms, en grande partie inédite (environ 35 000 portés par 350 000 individus dans le monde égéen), devront être menés à bien dans le délai des quatre années (2018-2021) pendant lesquelles le projet sera financé par l’Agence nationale de la recherche. L’ouverture de la base au public prendra effet à cette échéance.
 

Mentions légales  | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo PSL Logo Paris I Logo Paris VII