Accueil  >  Recherche  >  Projet 2019-2023  >  Axe 1 : Dynamiques religieuses des mondes anciens  >  DIVI

DIVI

Frontières et modalités de passages entre humain et divin dans le bassin méditerranéen antique

responsables :

Anne-Françoise Jaccottet (Univ. de Genève), Sylvia Estienne (ENS), Stéphanie Wyler (Univ. de Paris)

membres titulaires :

Nicole Belayche (EPHE), Sylvia Estienne (ENS), Stéphanie Wyler (Univ. de Paris)

doctorants :

Adrien Coignoux (Univ. de Paris), David Lorin (EPHE)

membres associés, partenaires honoraires, post-doctorants et correspondants :

Yann Berthelet (Liège), Stefano Caneva (Padoue), Gabrielle Frija (Marne-la-Vallée), Anne-Françoise Jaccottet (Genève), Francesco Massa (Fribourg), Patrick Michel (Genève), Anne-Caroline Rendu-Loisel (Toulouse), Jenny Wallensten (Athènes), Marie Widmer (Aix-Marseille)

> présentation

Le développement de ce nouveau programme prend ses racines dans deux autres programmes développés au sein d’ANHIMA : le thème « NEOI. Des hommes nouveaux dieux. De la titulature hellénistique neos à l’imitatio romaine » développé dans le cadre du programme CHRONOS (2014-2018), et le GDRE FIGVRA. La représentation du divin dans les mondes grec et romain (2008-2011), tous deux pilotés par Nicole Belayche.
Les recherches menées sur le développement et l’utilisation d’une titulature incluant un théonyme précédé de l’adjectif neos pour élever et exalter une figure humaine du pouvoir débouchent sur des questionnements beaucoup plus larges concernant les modalités de rapprochement, d’assimilation, de comparaison, d’identification (fusion/confusion) entre humain et divin, conçues et développées dans des cadres et des contextes historiques et culturels différents. Ce que le concept vague et généralisant de divinisation exprime de manière globalisante mérite d’être examiné et disséqué de manière très précise et dans un souci de mise en contextes multiples, tant chronologique que géographique, culturel, communicationnel et matériel. Les différentes formules – linguistiques, figuratives, rituelles, spatiales – mettant en relation directe une figure humaine et une divinité dépassent, sous-entendent et construisent à la fois les frontières entre divin et humain. La conception et l’expression du divin ne peut se faire qu’en définissant réciproquement l’humain. Et les diverses expériences de passages de frontières entre sphères divine et humaine sont des révélateurs féconds de la construction culturelle réciproque de l’humain et du divin.
Cette étude large du phénomène nécessite de faire dialoguer des approches distinctes mais complémentaires, dans des cadres culturels et chronologiques ouverts : Grèce, Rome (et monde romain d’ouest en est), Égypte, Mésopotamie, Proche-Orient, toutes époques antiques confondues. Elle requiert également une vision méthodologique large avec des perspectives historiques, archéologiques, iconographiques, anthropologiques mais aussi philosophiques, qui toutes concourent à une vision historienne des religions. L’analyse s’ancre dans l’analyse des documents antiques (textes, inscriptions, tablettes, monnaies, statues, reliefs, images, vestiges archéologiques).
 
Parmi les thèmes qui seront étudiés :
1/ Dans un premier temps de la recherche (2019-2021) :
• Modalités diverses de mise en lien des figures du pouvoir (vivantes ou mortes) avec des divinités. Élargissement à la Mésopotamie, au Proche-Orient pré-hellénistique et à l’Égypte pré-ptolémaïque (textes, inscriptions, écriture monumentale, tablettes, statues, monnaies, sceaux).
• Analyse géochronologique et comparative du lexique des formules servant à appréhender et exprimer verbalement les sphères humaine et divine, et leur intersection (Grèce, monde romain et italique, Mésopotamie, Proche-Orient, Égypte). Évolution potentielle en regard des contacts culturels et de la diffusion des usages de divinisation (toute expression verbale).
• Analyse fine de la ritualité de la consecratio des empereurs romains : mise en place et évolution dans le temps et dans l’espace (diffusion du culte), du processus juridique et décisionnel au culte des divi en passant par la ritualité funéraire (inscriptions, textes, statues de divi, vestiges archéologiques des cultes, monnaies, reliefs).
• Modalités de représentation figurée comparative du divin et de l’humain et des passages entre humain et divin dans les diverses cultures du bassin méditerranéen en chronologie relative ; évolution des processus figuratifs en regard des pratiques de « divinisation » des élites et des contacts interculturels (monnaies, reliefs, sceaux, statues, images en général, textes s’y rapportant).
 
2/ Dans un second temps (2021-2023) qui prendra appui sur les acquis des premiers travaux, analyse systématique et à large échelle de paramètres influant sur les dossiers analysés en première instance :
• Évolution géochronologique et culturelle des conceptions – philosophiques, théologiques, conceptuelles – des natures humaine et divine dans les cultures du bassin méditerranéen (textes philosophiques et réflexifs, tablettes, écriture monumentale et funéraire, iconographie)
• Catalogue transculturel des récits de passage de figures humaines de la sphère humaine à la sphère divine ; analyse des statuts intermédiaires et des contextes narratifs et conceptuels dans les cultures du bassin méditerranéen (tout type de récit, textuel ou figuré).
• Analyse des processus d’(auto-)représentation du pouvoir en comparaison chronologique, géographique et culturelle : communication et sociologie du pouvoir et développement d’une confusion maîtrisée ou non entre humain et divin.
• Développement, évolution et adaptation d’une ritualité liée aux figures humaines exaltées d’une manière ou d’une autre, dans des contextes culturels distincts et au fil des contacts entre cultures (textes, inscriptions, vestiges archéologiques, iconographie).
 
L’ancrage large du programme, tant sur les plans chronologiques et géoculturels que méthodologiques, offre un matériau comparatif à chaque composante thématique. C’est du dialogue et du croisement entre les formules et expériences ponctuelles et culturellement homogènes que peuvent naître des perspectives qui renouvellent la recherche et élargissent les horizons conceptuels, réflexifs et méthodologiques.

> projets

publications :

Y. Berthelet, G. Frija, A.-F. Jaccottet, F. Massa, J. Wallensten, M. Widmer et S. Wyler, NEOI. Des hommes nouveaux dieux. De la titulature hellénistique neos à l’imitatio romaine, à paraître en 2020.

manifestations scientifiques :

Atelier DIVI I : jeudi 7 novembre 2019, Paris, INHA (salle Vasari)

Mentions légales  | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo PSL Logo Paris I Logo Paris VII