Home  >  Events  >  Colloques  >  Journée d’étude « Femmes en fiction, femmes en action »

Journée d’étude « Femmes en fiction, femmes en action »

Nomination et mises en scène en Grèce ancienne

Journée d’études organisée dans le cadre du séminaire «Pour une anthropologie de la poésie érotique grecque : genre, pragmatique, rituel» (EHESS, CRAL, ANHIMA)
 
Samedi 23 mars 2019 de 9h à13h
Salle Peiresc, INHA
 

Programme :

9h Introduction : Sandra BOEHRINGER & Claude CALAME, « La force poétique et pragmatique des noms de femme : analyse des discours et études de genre »
9h30 Claude CALAME (EHESS) : « Noms de jeunes filles à Sparte et à Lesbos au VIIe siècle : pratiques musicales, relations érotiques, statut social »
10h Annalisa PARADISO (U. della Basilicata) : « Lampitô entre fiction et histoire : le personnage d’Aristophane, la mère du roi Agis »
10h30 Carmen DAMOUR (Académie Nancy-Metz) : « La boulangère avait porté plainte – le personnage de Myrtia dans les Guêpes d’Aristophane »
11h Discussion
11h30 Violaine SEBILLOTTE CUCHET (U. Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « Fictionalité et historicité : les détentrices de charge (archê) dans les cités grecques (Ve- Ier s. av. J.-C.) »
12h Antoine CHABOD (U. Paris Est Marne-la-Vallée) : « Poétesse, guérillera, héroïne civique : Télésilla d’Argos en maîtresse de vérité »
12h30 Discussion conclusive : « L’agency des femmes sur la scène fictionnelle : un apport aux recherches historiques »

 
En collaboration avec le projet de base de données « Eurykleia. Celles qui avaient un nom », porté par le programme « Genre, sexe, sexualité dans l’Antiquité grecque et romaine » du centre ANHIMA, cette journée d’étude prend place dans le séminaire « Pour une anthropologie de la poésie érotique grecque ». À propos de la pragmatique des textes poétiques et de l’anthropologie des pratiques rituelles envisagées dans la perspective du genre, il s’agit de mener une réflexion sur les noms de femmes et sur les fonctions qui leur sont attribuées non seulement dans des épitaphes ou des décrets honorifiques, mais aussi dans des textes poétiques qui nous apparaissent comme des discours de fiction et dans des récits historiques qui comme les décrets présuposent une réélaboration d’ordre discursif. Quels rôles proprement discursifs à ces noms propres de jeunes filles et de femmes ? Quels rapports avec des personnes historiques et leurs différents statuts ? Quels effets pragmatiques, du point de vue du genre, à ces différentes formes textuelles ?

Legal notice  | Contact | ©ANHIMA 2010 | Sign in  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo PSL Logo Paris I Logo Paris VII