Accueil  >  Enseignement  >  Séminaires 2019-2020  >  IRIBARREN Leopoldo, EHESS

IRIBARREN Leopoldo, EHESS

Théories et pratiques des techniques anciennes. 1 : les traités d’agriculture

Séminaire de M1 et M2-Doctorat
 
Théories et pratiques des techniques anciennes. 1 : les traités d’agriculture
 
Le lundi de 15h à 17h
Salle 1, EHESS, 105 bd Raspail, 6e
 
À partir du 4 novembre 2019 au 18 mai 2020
 
L’histoire des techniques anciennes est pauvre en témoignages de la part de ceux qui en sont les porteurs et ne dispose qu’à de rares exceptions d’un discours réflexif permettant de dire comment le processus créateur veut être compris. Ces discours restent pour l’artisan l’un des moyens d’élever sa pratique au rang d’une connaissance théorique. Le séminaire, qui débute cette année, sera consacré aux discours, produits par les praticiens eux-mêmes, qui codifient les gestes, les séquences et les finalités de leurs activités respectives. Nous interrogerons ce que sont, et ce que font, ces instruments d’objectivation qui, tout en nous permettant de saisir les faits pertinents d’une technique, ne peuvent pas pour autant être pris comme la somme de ses principes qui, eux, ne répondent pas toujours à des règles conscientes, mais à des schèmes de la pratique. L’étude systématique que nous ferons des traités techniques anciens cherche à mettre en lumière les différents modes d’ajustement mutuel qui s’opèrent dans un contexte culturel donné entre pratiques instrumentales et symboliques (religieuses, juridiques, artistiques).
 
Nous commencerons notre enquête par l’étude des traités d’agriculture, dont les transformations successives peuvent être retracées sur le long terme. Le séminaire se penchera cette année sur Les travaux et les jours d’Hésiode et l’Économique de Xénophon, lus en traduction, mais commentés dans le détail philologique. Outre l’information « technique » que procurent ces traités, nous serons attentifs à la forme qu’ils adoptent : la poésie épique pour l’un, le dialogue socratique pour l’autre. Comment, à partir de ces formes instituées, les auteurs construisent un nouveau paradigme de l’agriculteur ? Quel est l’impact des « images du monde », en l’occurrence celles de l’épopée héroïque et de l’éthique socratique, sur les pratiques agricoles et économiques ? Comment, en retour, les pratiques transforment-elles les « images du monde » ? Ce seront les questions principales qui guideront notre lecture.

Mentions légales  | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo PSL Logo Paris I Logo Paris VII