Accueil  >  Enseignement  >  JACOB Christian, CNRS-EHESS

JACOB Christian, CNRS-EHESS

La construction sociale des savoirs : approches comparatives

M1-M2
 
Le jeudi de 16h à 18h
Salle Mariette, INHA
2 rue Vivienne, 75002 Paris
 
À partir du 27 octobre 2011
Pas de séances du 10 novembre au 1er décembre 2011 inclus. Les 2 février, 1er et 22 mars et 3 mai, les séances auront lieu en salle Walter Benjamin.
 
Comment certains énoncés, certains artefacts en viennent-ils à être investis d’autorité, à être validés et reconnus, à être repris par d’autres que leur auteur et à circuler dans le temps et dans l’espace ? Quelles sont les pratiques et les outils de la communication, de l’enseignement, du partage des savoirs, comment naissent le désir d’apprendre, la volonté de savoir, le cheminement d’une quête, un cursus à travers les champs disciplinaires ? Les traditions spirituelles et philosophiques, les savoirs techniques, les savoirs érudits ou scientifiques sont autant de terrains où observer ces processus de construction, ces mécanismes d’autorité, des dynamiques de transmission.
L’enquête sera menée dans deux directions complémentaires. On interrogera d’abord les contextes et les procédures qui permettent de reconnaître à des individus des compétences particulières, la sagesse, le savoir, l’autorité. Ces savoirs, cette sagesse incorporés sont transmissibles de personne à personne, et supposent un enseignement direct, de maître à élève. On questionnera ensuite les conditions qui permettent à ce savoir et à cette sagesse d’être encodés sur des supports matériels, des textes, des livres, et d’être réactivés à distance, dans l’espace comme dans le temps. Comment les savoirs et les sagesses peuvent-ils être dissociés de celui qui les énonce, comment peuvent-ils être objectivés et conserver leur efficacité, circuler, être multipliés et traduits avant d’être réactivés ? Les formes écrites des savoirs seront au centre de la réflexion : manuels, traités, encyclopédies, dispositifs clos ou ouverts, se prêtant ou non à l’actualisation, permettant ou non les reformulations et les traductions.
Ces hypothèses de travail seront mises à l’épreuve de différents corpus, de différentes situations historiques et culturelles : les débuts de la philosophie grecque, les savoirs qui fleurissent dans la bibliothèque d’Alexandrie, les dynamiques du bouddhisme zen, la tradition de la cartographie dans les traditions islamique et européenne.
Le séminaire, à partir d’un ancrage dans l’Antiquité gréco-romaine, aura une dimension comparatiste et interdisciplinaire en confrontant différentes situations culturelles. L’accent sera mis à la fois sur la dimension historiographique et théorique, et sur les outils et les questionnements à mettre en oeuvre dans des enquêtes empiriques.

. Mentions légales   | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo Paris I Logo Paris VII