Accueil  >  Manifestations  >  Colloques  >  Mères et maternités en Grèce ancienne

Mères et maternités en Grèce ancienne

1ère Journée internationale de recherche organisée par Florence Gherchanoc et Jean-Baptiste Bonnard
 
Samedi 10 mars 2012, INHA, Salle Fabri de Peiresc

> Programme :

- 10h00 : Accueil et introduction J.-B. Bonnard (Université de Caen) & Fl. Gherchanoc (Université Paris Diderot-Paris 7/IUF), “Bilan historiographique. Quelques grandes lignes”
- 10h30-11h00 : Louise Bruit Zaidman (Université Paris Diderot-Paris 7), “Déméter-mère et les figures de la maternité”
- Pause : 11h00-11h15
- 11h15-12h00 : Vinciane Pirenne-Delforge (FNRS, Liège) & Gabriella Pironti (Université de Naples, Federico II), “Ilithyie au travail : de la mère à l’enfant”
- 12h00-12h30 : Liza Cleland (Université d’Édimbourg), “Mothers and motherhood in religious cults : how both person and role were expressed through textiles”
- Discussion : 12h30-13h

- 14h30-15h15 : Lydie Bodiou (Université de Poitiers) & Pierre Brulé (Université Rennes 2), “Maternités manquées en Grèce : refusées, regrettées ou ratées”
- 15h15-15h45 : Helen King (Open University), “Motherhood and health in the Hippocratic corpus : does maternity protect against disease ?”
- Pause : 15h45-16h00
- 16h00-16h30 : Irini Papaikonomou (Université Paris-Ouest), “Jeunes filles mortes en couches. Quelques cas de maternités précoces, souhaitées ou avortées, d’après le témoignage des sépultures”
- 16h30-17h00 : Yvette Morizot (Université Paris-Ouest), “Façons grecques d’enterrer les enfants près de leur mère”
- Discussion : 17h00-17h45
 
Télécharger le programme et l’affiche

> Argumentaire

À la charnière des axes « Corps, gestes et vêtements », « Religions et sociétés », « Logiques de genre » et de l’axe « Politique dans les cités grecques », ce programme de recherches est né en 2011. Il s’est donné pour objet de réfléchir à l’histoire et aux représentations des mères et de la maternité dans le monde grec ancien.

Après une mise au point historiographique, nous nous proposons d’interroger différents aspects de la maternité, peu ou pas explorés jusqu’à présent : qu’est-ce qu’une mère ? Comment devient-on mère ? Quelle différence entre une épouse et une mère ? Quelles en sont les dimensions physiologiques, physiques, vestimentaires, comportementales, sociales, religieuses, politiques, culturelles ?

Le premier aspect concerne le « devenir mère », à la fois dans ses aspects physiologiques et médicaux (la capacité reproductrice des femmes, leurs “semences”, la croissance de l’embryon, les risques, les remèdes à la stérilité …), ses composantes religieuses (articulation maternité/rites de passage – quelles sont les divinités qui accompagnent ce passage ? – ; que dire de la maternité des déesses, qu’il s’agisse d’une divinité attendue comme Déméter ou encore de déesses vierges comme Artémis et Athéna ? ; quel traitement funéraire reçoivent les femmes mortes en couches ?) ou, plus largement, sociales (dans quelle mesure devenir mère est-il un changement de statut social ou l’accomplissement d’un telos ?).

Le second aspect portera plus particulièrement sur les relations mère/enfants, sous l’angle donc de la relation en terme de trophê (sur les soins apportés à leur progénitures, sur l’allaitement, sur la paideia…), en terme de transmission (de modèles comportementaux, de mémoire et de nomination des enfants) et d’identité, ou encore en termes de sentiments (dans quelle mesure peut-on parler d’« amour maternel » ? ; la relation affective mère-enfant est-elle valorisée ? Connaît-elle une évolution ?), ce qui nous conduira en particulier à nous interroger sur l’organisation et l’instrumentalisation, dans les pratiques et les discours, des relations mère/filles, mère/fils et père, à nous demander ce que pouvait être une bonne ou une mauvaise mère (les infanticides, les ogresses, etc.), notamment à partir de figures de mères exemplaires telle qu’en donnent à voir les mythes mais aussi les proverbes (dans cette perspective, quid par exemple de Clytemnestre ou de Médée, mais aussi des mères spartiates que montrent les apophtegmes laconiens ?).

Enfin, l’ensemble débouchera sur les aspects politiques et religieux de la maternité (avec Athéna par exemple), sur l’importance de la mère en termes de légitimation, de filiation, donc d’identité sociale, sur le rôle, la place et l’influence des mères dans les cités grecques, largement sous évalués par rapport à ceux des pères, sur le rôle ou non des mères des hommes politiques et sur l’instrumentalisation des mères en termes politiques.
 
La première journée s’attachera davantage au fait de devenir (ou non) mère ; la seconde portera davantage sur les liens mère/enfants. La troisième sur les aspects politiques (2013).
 
La 2nde Journée internationale de recherche aura lieu le samedi 6 octobre 2012, INHA, Salle Fabri de Peiresc (9h-18h)

. Mentions légales   | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo Paris I Logo Paris VII