Accueil  >  Publications  >  Publications récentes  >  Les Dieux, l’État et l’individu

Les Dieux, l’État et l’individu

Réflexions sur la religion civique à Rome
Les Dieux, l'État et l'individu
John Scheid
Les Livres du nouveau monde, Seuil, 2013

Au prisme d’une conception chrétienne de la religion, la relation que les Anciens entretenaient avec leurs dieux et la place qu’ils leur accordaient dans la cité paraissent déroutantes. Dans la religion de la Rome antique, il n’était question ni de Révélation ni de dogmes, pas même de transcendance. À tel point que les philosophes et les théologiens de l’époque romantique ont dénié à la piété romaine son caractère de « vraie foi ». Aux yeux de ses détracteurs, cette religion civique, indifférente à la relation émotionnelle et spirituelle qui se nouerait entre Dieu et l’homme, ne pouvait qu’occulter le « véritable sacré ».
 
Chose étonnante, bien que des décennies de recherches historiques aient documenté les cultes antiques au plus près de la manière dont les Anciens les pratiquaient, certains travaux contemporains continuent de voir en eux une « non-religion », par opposition à une « religiosité » supposée universelle.
 
En s’attachant à réfuter ces théories, ce livre offre une réflexion sur le phénomène religieux et son inclusion dans la société dont la résonance avec les débats contemporains sur la laïcité n’est peut-être pas fortuite. C’est pourquoi la controverse ne met pas seulement aux prises une approche confessionnelle et une approche historique de la question ; elle met en jeu le droit à l’altérité en matière de religion.
 
Historien, spécialiste de l’Antiquité romaine, John Scheid est professeur au Collège de France. Il a notamment publié Quand faire c’est croire : les rites sacrificiels des Romains (Aubier, 2005 ; 2011) et Pouvoir et religion à Rome (Pluriel, 2011).

. Mentions légales   | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo Paris I Logo Paris VII