Loading...
La présence de l'Etat dans l'Est de la Gaule durant l'Antiquité tardive (250-450 ap. J.-C.)
Editeur
Librairie archéologique
Revue
Revue archéologique de l'Est
Ville
Quétigny
Année de publication
2021
Référence
53671
Prix
28 €
B. Fort, A. Hostein, S. Janniard, M. Kasprzyk (éd.)

La place de l’État en Gaule dans l’Antiquité tardive

Le volume La présence de l’État dans l’Est de la Gaule durant l’Antiquité tardive (250-450 ap. J.-C.) rassemble les actes des troisièmes rencontres consacrées à l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule (ATEG). Ses quinze articles proposent une approche régionale des débats autour de la pertinence du concept d’État pour appréhender la documentation archéologique et textuelle antique. La démarche est pluridisciplinaire et menée à plusieurs échelles. La présence de l’État dans les provinces des Lyonnaises I et IV, des deux Belgiques, des deux Germanies et de la Séquanaise, est replacée dans le contexte plus large de l’évolution, depuis la fin du IIe siècle, des structures militaires et civiles de l’État impérial et de sa terminologie. Elle fait aussi l’objet d’un inventaire problématisé et cartographié de la documentation la plus pertinente pour saisir les formes et les logiques d’implantation des différents échelons de la puissance publique. Plusieurs contributions présentent des synthèses inédites sur la coexistence des agents de l’État et des populations civiles à l’échelle de sites bien documentés. Enfin, une section de l’ouvrage regroupe cinq articles consacrés au rôle de l’État dans l’administration et l’économie de la Gaule de l’Est, et à son impact sur l’occupation et l’organisation politique et sociale renouvelées du territoire provincial. Les auteurs entendent revenir sur les deux paradigmes discutables de la « bureaucratisation » et de la « militarisation », souvent appliqués à l’étude des sociétés antiques tardives. Chemin faisant, ils offrent des pistes pour l’identification, à l’échelle régionale, des agents et des structures de l’État, des logiques de leur répartition et des interventions multiples des autorités centrales et locales.

Top