Loading...

Savoirs et savoir faire au Proche-Orient ancien

CHAMBON Grégory, EHESS

Séminaire de M1-M2-Doctorat bi-mensuel

Bi-mensuel 1er/3e/5e vendredis du mois de 9h à 11h
Salle Mariette, INHA

Du 10 novembre 2023 au 3 mai 2024

Les habitants du Proche-Orient ancien considéraient que tout savoir provenait des dieux. Cette façon de voir incluait non seulement le domaine du sacré et ses rituels, celui des techniques, de l’artisanat, mais aussi de l’extispicine ou encore l’art du scribe. Tout progrès dans le domaine des connaissances relevait, selon ce point de vue, d'une fidélité à un savoir ancestral d’origine divine qui se devait d’être scrupuleusement conservé et protégé par la tradition.

Depuis une dizaine d’années, on assiste à un renouvellement des objets de recherche comme des méthodes pour les historiens s’intéressant aux « sciences » antiques ; il s’agit d’aller chercher les traces matérielles des savoirs et savoir-faire en croisant les données textuelles et archéologiques, de faire varier les échelles du local au global pour étudier des phénomènes de diffusion, d’acculturation et d’innovation, et enfin de mieux comprendre les choix, les besoins et les systèmes de pensée des habitants du Proche-Orient ancien. Car savoir, c’est faire. Cette démarche consiste, en particulier, à prendre conscience que les Anciens eux-mêmes s’interrogeaient sur les procédés et sur les traces matérielles de leur savoir.

Ce séminaire est consacré à l’étude de ces savoirs et savoir-faire au Proche-Orient ancien. Il s’agit de mobiliser plusieurs disciplines (histoire, histoire des sciences et techniques, anthropologie, épistémologie, archéologie et économie) afin d’étudier la façon dont les savoirs se construisaient à partir de plusieurs traditions et savoir-faire, incarnés par différents acteurs et leurs dynamiques sociales et la façon dont ils s’incarnaient dans la matérialité.

Top