Accueil  >  Manifestations  >  Colloques  >  Journée d’étude "Un âge d’or agonistique"

Journée d’étude "Un âge d’or agonistique"

S’affronter et concourir en Grèce ancienne

Journée d’étude internationale organisée par Flavien Villard (doctorant U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) <flavien.villard@gmail.com>
 
Samedi 27 novembre 2021 de 10h à 17h
Salle Walter Benjamin, INHA
 
Télécharger le programme
 
Dans nos sociétés libérales contemporaines, la notion de compétitivité dépasse quotidiennement le cadre de l’entreprise privée pour s’immiscer dans la vie sociale et intellectuelle de chacun. Des réseaux sociaux à la recherche d’un logement, sans oublier le parcours scolaire et universitaire, les individus font souvent face à un système concurrentiel auquel ils doivent participer, quel que soit leur avis à son égard. Aussi actuelles soient-elles, ces questions font écho à des problématiques anciennes. En Grèce antique, les pratiques agonistiques occupent une place centrale, comme en témoigne la polysémie du mot agôn. Souvent traduit par les termes français de « compétition » ou « concours », agôn désigne également pour les Grecs toute forme d’opposition : lutte concrète ou symbolique, combat militaire ou encore débat d’idées. De manière générale, l’agôn peut donc être caractérisé comme un affrontement volontaire et codifié. Il s’inscrit toujours dans des règles préalablement connues des différents participants et doit procurer une récompense concrète ou immatérielle à celle, celui ou ceux qui obtiennent la victoire. La notion est elle transposable au monde contemporain ? Y aurait il continuité et héritage de l’esprit de compétition antique au système compétitif libéral moderne ? Quelles réalités recouvre l’agôn dans des sociétés antiques où la notion d’individu est moins développée qu’elle ne l’est aujourd’hui (Vernant 1989) ?
Progressivement introduite dans l’historiographie de l’Antiquité dès le début du XIXe siècle (Ulf 2010), la question du modèle agonistique grec a fait l’objet de multiples examens. Plusieurs études publiées ces dernières années abordent le problème par le biais des pratiques athlétiques (Raubitschek 1983 ; Crowther 2006 ; Roubineau 2016) ou de manière transversale (Duplouy 2014). De même, un colloque international dont les actes sont parus il y a peu a réuni divers antiquisants de langue anglaise autour de la question (Reid, Serrati, Sorg 2020). Toutefois, ce dernier abordait uniquement le sujet pour un espace géographique restreint : la Grande Grèce. Par ailleurs, aucune journée d’étude francophone n’a jamais été consacrée à ce sujet pour la Grèce ancienne, alors qu’un colloque a déjà réuni des spécialistes de la question pour l’époque médiévale (Bougard, Le Jan et Lienhard 2012). La présente journée a pour objectif de pallier ce manque, tout en s’inscrivant dans la dynamique des précédents travaux. Elle souhaite mettre au jour les réalités antiques de l’agôn et creuser l’écart avec la notion moderne de compétition individuelle pour souligner les spécificités historiques de l’esprit agonistique antique.
 
⁃ François Bougard, Régine Le Jan et Thomas Lienhard (éd.), Agôn. La compétition, Ve-XIIe siècle, Turnhout, 2012.
⁃ Nigel B. Crowther, « The Spirit of Competition (Agon) in the Olympic Games : From the Ancient to the Modern World », dans Nigel B. Crowther, Robert K. Barney et Michael K. Heine (éd.), Cultural Imperialism in Action. Critiques in the Global Olympic Trust, Ontario, 2006, p. 1-18.
⁃ Alain Duplouy, « Le prestige des citoyens. Agôn et citoyenneté dans la Grèce archaïque », dans Isabelle Rivoal, Frédéric Hurley et Isabelle Sidéra (éd.), Le prestige. Autour des formes de la différenciation sociale, Paris, 2014, p. 67-76.
⁃ Antony E. Raubitschek, « The Agonistic Spirit in Greek Culture », Ancient World 7, 1-2, 1983, p. 3-7.
Heather L. Reid, John Serrati et Tim Sorg (ed.), Conflict and Competition. Agōn in Western Greece, Sioux City, 2020.
⁃ Jean-Manuel Roubineau, « Quand l’important était de gagner : Indignité de la défaite et stratégies athlétiques en Grèce ancienne », Revue belge de Philologie et d’Histoire 94-1, 2016, p. 5-26.
⁃ Christoph Ulf, « Ancient Greek competition - a modern construct ? », dans Nick Fisher et Hans van Wees (ed.), Competition in the Ancient World, Swansea, 2010, p. 85-111.
⁃ Jean-Pierre Vernant, « L’individu dans la cité », dans Jean-Pierre Vernant, L’individu, la mort, l’amour. Soi-même et l’autre en Grèce ancienne, Paris, 1989, p. 211 232.

Mentions légales  | Contact | ©ANHIMA 2010 | Se connecter  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo PSL Logo Paris I Logo Paris VII