Home  >  Research  >  Projet 2019-2023  >  Axe 3 : Identités, pratiques et représentations  >  EREMA

EREMA

Économies, représentations, espaces en Méditerranée antique

responsables :

Grégory Chambon (EHESS) et Cecilia D’Ercole (EHESS)

présentation

Le programme de recherche EREMA explore l’intersection entre dynamiques économiques et sociales (formes et procédures de la production, réseaux d’échanges) et fait symbolique (croyances, représentations, pratiques rituelles), qui se croisent dans des espaces multiples d’enracinement et de circulation. Ces espaces s’identifient souvent au milieu maritime, mais ils peuvent aussi être compris dans leurs configuration sociale et politique (palais, cité, marchés…). L’étendue spatiale de la Mésopotamie à l’Occident méditerranéen- et la longue durée chronologique des IIIe-Ier millénaires à l’époque impériale romaine), sont deux facteurs essentiels pour l’approche méthodologique de ce programme. Il s’agit ainsi de mener des enquêtes spécifiques sur chaque période et aire culturelle (sociétés méditerranéennes, proche-orientales) en même temps ouvertes à des approches croisées et comparées.
L’objectif est en particulier d’articuler une histoire des pratiques dans les domaines marchands et économiques avec une meilleure compréhension des dynamiques et des représentations spatiales qui les structurent. La base documentaire de la recherche est très large, fondée à la fois sur les textes, les objets et les images, dans des contextes publics et privés.
Un terrain d’enquête a été ouvert sur l’étude des savoirs et des pratiques marchandes : il s’agit d’une enquête croisée sur la formation et sur la transmission des savoirs techniques dans un cadre économique et social, qui d’une part est largement redevable au domaine symbolique (croyances, rituels et pratiques religieuses) et d’autre part implique une circulation notamment urbaine et maritime des savoirs et des personnes. Cette approche se veut globale et attentive à tous les aspects (techniques, culture matérielle, savoirs, normes, statuts, croyances, rituels…) qui caractérisent l’activité marchande, ses fonctions et ses représentations dans les sociétés anciennes. Un approfondissement spécifique pourra être réservé d’une part à la formation des critères et des systèmes de mesure, comme aspect essentiel du savoir technique et de pratiques normatives, d’autre part à l’étude des espaces régionaux en tant que lieux de contrôle des ressources, d’emprise divine et de confrontation ou circulation des savoirs. Sur un autre chantier, l’étude des ressources et des techniques nous permettra d’aborder des questions de territoire, d’échelle locale, régionale ou de plus large ampleur Une autre ligne de recherche est consacrée à l’ancrage spatiale des pratiques économiques, avec une attention particulière aux lieux et aux milieux, artificiels et naturels, de la production économique, de la construction et transmission des savoirs techniques. Il s’agira de confronter différents jeux d’échelle, des ateliers d’artisans aux lieux des échanges, des palais aux cités, des archives comptables aux sanctuaires emporiques. Cette recherche se propose de reprendre et de renouveler des dossiers importants dans la reconstruction des processus économiques antiques et des formes d’interprétation qui leur sont appliquées, dans une perspective d’histoire comparée et relationnelle sur la longue durée, qui vise à interroger les pratiques et les formes conceptuelles de l’économie antique à partir de ses processus spécifiques et de ses catégories internes.

Legal notice  | Contact | ©ANHIMA 2010 | Sign in  |
Logo CNRS Logo EHESS Logo EPHE Logo PSL Logo Paris I Logo Université Paris Cité